Mesdames et Messieurs, en vos titres et vos qualités, Bonjour,

« De la source à l’océan ». Tel est le thème qui nous rassemble aujourd’hui.L’eau, source de toute vie, pourrait d’abord paraître hors sujet dans le monde estudiantin si on s’en tenait uniquement aux études de fond de la presse, concluant que nous, étudiants, ne sommes pas réputés comme étant de grands amateurs d’eau…. Mais trêve de plaisanterie. Je ne me permettrai pas de revendiquer l’expertise de nos docteurs Honoris Causa dans ce domaine, et en resterai donc humblement au niveau de la métaphore.En effet, ce thème est fortement corrélé au parcours des étudiants d’aujourd’hui. Ceux-ci, assoiffés de savoir, tendent vers la source pour y étancher leur soif.

Et cette source du savoir est pour nous: notre très chère université. Forte de ses 200 ans d’existence, cette source nous semble d’abord intarissable. De plus, la qualité de son breuvage, entretenu soigneusement par un corps professoral de plus de 3000 enseignants-chercheurs n’est plus à démontrer. Attirés par cette « eau » de grande qualité, c’est donc chaque année que plus de 20.000 assoiffés de connaissances s’abreuvent quotidiennement à cette eau qui peut percoler en ses 11 canaux différents.

Mais tout ceci ne s’arrête pas là. En effet, l’étudiant alimenté par la source, est lui-même appelé à sourdre en petit filet anodin, puis en ruisseau, ensuite en rivière et en fleuve pour enfin après un long cheminement tout personnel de 5 ans, ou plus, se jeter dans l’océan, marquant ainsi la fin de son apprentissage et le plongeant dans les profondeurs de la vie active à laquelle il se mêle pour l’enrichir…

C’est aussi au cours de ce cheminement que l’étudiant devra se confronter à d’autres confluents. Certains nous sont hélas préjudiciables voire même dangereux : « Les jeunes sont des fainéants »; l’emploi ; le taux d’échec… autant de barrages et de pollutions qui nous guettent en permanence…

Et même si beaucoup se plaisent à relayer ces remous qui ne font que mettre à mal notre parcours, je veux aujourd’hui me faire relayeur de toute cette eau vive, apaisante, revigorante que sont les étudiants de ce 21ème siècle… Parlons plutôt de ces partenariats noués par l’université à l’international; de ce premier satellite belge créé par des étudiants et des chercheurs liégeois; Parlons plutôt de Nafissatou Thiam , cette étudiante qui a offert l’or olympique et la fierté à notre nation prouvant ainsi que la détermination mêlée à la passion et au travail nous permettent réellement d’accomplir des choses exceptionnelles.

Cessons de toute urgence de nous laisser bercer par le négativisme et soyons des vecteurs d’enthousiasme, d’émulation et de fougue car, sans être prétentieux, mais encore moins faussement modestes : c’est bien à nous, les jeunes, qu’il sera demandé à terme d’être source qui abreuve.

Alors, tel le cycle de l’eau, après avoir filtré le meilleur de nos rencontres, après avoir parcouru un long chemin tout personnel avec ses méandres et ses courants réguliers, enrichis de tant de savoir et d’expériences qui feront notre propre composition, nous serons à notre tour une eau vive… dont le cycle ne cessera de recommencer.

Merci de votre attention.