Repenser la représentation étudiante

Ce jeudi 14 mars, l’Unécof (l’Union des étudiants de la Communauté française) a annoncé qu’elle mettrait fin à ses activités de syndicat dès le mois de juin prochain. L’ASBL était reconnue jusqu’à ce jour comme une Organisation représentative des étudiants (ORC) ainsi que comme une Organisation de jeunesse par la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB).
Une annonce qui a précédé de quelques heures une autre actualité concernant la représentation étudiante. Le président de la FEF, Maxime Michiels, vient d’annoncer sa démission. Il était en poste depuis avril 2018. Ce dernier a justifié son geste par « des tensions internes » à la Fédération des étudiants francophones qui ont rendu le travail moins évident ces derniers temps.La Fédé remercie l’Unecof pour son travail depuis sa création il y a plus de 20 ans et de ses récentes collaborations et remercie également les actions menées au niveau national par le président de la FEF, Maxime Michiels.Elle reconnaît, par ailleurs, la nécessité d’union et non de division de la représentation étudiante pour ne pas perdre en crédibilité afin d’être le plus performant possible devant les acteurs politiques et du monde associatif. Elle est indispensable sur des combats plus généraux, comme la précarité étudiante, pour lesquelles des actions nationales sont nécessaires à une autre échelle.

Une Fédé indépendante

La Fédération des étudiants de l’Université de Liège a fait le choix de rester indépendante depuis cinq ans et non de s’affilier à une ORC.Elle souhaite rester juste et fidèle vis-à-vis de ses étudiants de se focaliser sur des actions à échelle locale, définies par son Assemblée Générale, pour avoir le plus d’impact possible sur la vie de ses étudiants.De plus, nous ne pouvons engager la position de nos étudiants sur des questions dont nous n’avons pas les réponses en donnant la légitimité de ses 23.000 étudiants à des organismes extérieurs avec l’objectif de rester le maître de l’ensemble de ses engagements. 

L’avenir de la représentation étudiante

Notre Fédération aspire à un autre type de représentation étudiante. Le fonctionnement actuel régi par le décret participation ne nous semble pas assez performant pour répondre à la réalité locale des étudiants.Néanmoins, comme l’a proposé l’Unecof, repenser la représentation avec l’aide des organisations de jeunesses politiques nous semble encore plus inadéquat. Selon nous, la jeunesse n’a jamais été aussi engagée et aussi peu partisane.La réalité des étudiants est différente selon les localités. Il serait intéressant, à l’avenir, de rattacher la représentation étudiantes aux pôles académiques qui cibleraient mieux les actions à promouvoir et répondre aux enjeux de manière plus précise et performante.Nous sommes convaincus qu’il faut défendre des problématiques présentes sur le terrain et non des questions idéologiques, s’attacher à un travail collectif et non individuel, et surtout à un travail plus local pour penser plus global. L’Assemblée Générale des Etudiants de la Fédération de l’ULiège