“Mesdames et Messieurs, en vos titres et qualités,

Bonjour,

Permettez-moi de vous remercier d’être parmi nous aujourd’hui ainsi que pour l’intérêt que vous portez à notre Alma Mater.

Je vais tenter de faire un discours en tant que représentant étudiant. Une tâche qui n’est pas aisée. J’espère avec ce discours pouvoir fédérer les différents avis majoritaires sans pour autant négliger les avis des minorités.

Nous avons toutes et tous été étudiants dans cette pièce. Cette classe étudiante hétérogène et riche de ses diversités se fragmentera par la suite pour appartenir à des groupes au sein de la société qui seront différents voire divergents. C’est cela le quotidien d’un représentant étudiant, c’est concilier l’avis de toutes et tous, en faire une synthèse et tenter de satisfaire tout le monde. A cela s’ajoute une dimension personnelle. Car avant de représenter une collectivité, nous sommes des individus avec des histoires différentes, des origines différentes, des cultures différentes, des sensibilités différentes. Vous comprendrez ainsi que la représentation étudiante est indissociable d’une introspection de soi et ô combien formatrice. J’en profite pour remercier, sincèrement, l’entièreté des étudiants qui se mobilisent tout au long de l’année pour diverses causes dans le but d’avoir impact sociétal et de contribuer à la construction du monde de demain. Persévérez, vous en sortirez grandis. L’engagement est une école de la vie. L’engagement étudiant permet de s’ouvrir aux autres,  de se remettre en question, d’apprendre, de partager ses connaissances, de progresser individuellement et collectivement.

En outre, j’invite les étudiants n’ayant pas encore contracter le virus de l’engagement, à saisir les diverses opportunités qui s’offriront à eux dans le futur.

Cela fait 7 mois que nos modes de vies ont été bouleversées par quelque chose d’invisible et imprévisible. Cette chose qui nous a touché de plein fouet et nous a mis à genou.

Au point que la peur et la panique sont venues hanter nos quotidiens. C’est ainsi que cet évènement  a mis en évidence une série d’erreurs que nous avons commises dans le passé ainsi que des erreurs que nous commettons, hélas, toujours.

Ce chamboulement est… Un avertissement.

Aujourd’hui, nous avons le devoir, l’obligation, d’analyser cet avertissement. Nous avons l’opportunité unique de construire un monde meilleur. Nous devons voir d’où nous venons. Nous ne pouvons pas nous voiler la face, face à ce que nous avons vécu. Nous devons mettre le doigt là où le bât blesse pour pouvoir construire à nouveau une forteresse. C’est pour cela que j’invite les acteurs des différents corps à s’unir et à remédier à leurs faiblesses individuelles pour parvenir à en faire des richesses collectives. Et ainsi mettre les voiles vers des horizons plus favorables. Nous devons entamer une nouvelle construction.

Dans l’immédiat, à moyen mais également à long terme, il est et sera nécessaire de redéfinir le paysage de notre enseignement. Notre enseignement doit être en perpétuelle évolution. Parce que l’assimilation durable des connaissances n’est pérenne qu’à partir du moment où les dispensateurs du savoir et ceux qui l’assimilent sont en adéquation. Une équation complexe qui mérite une éternelle réflexion.

Au cours de mon mandat, je m’engagerai à travailler de concert avec l’Université pour m’assurer que l’excellence de notre enseignement, l’épanouissement et le bien-être de l’entièreté de nos étudiants sont bien au centre de nos préoccupations. Que nous nous assurions que chaque étudiant puisse disposer de moyens suffisants pour se développer d’un point de vue académique mais également d’un point de vue humain. Car j’ai la conviction que l’université doit être plus qu’un endroit où l’on transmet le savoir. L’Université doit être un lieu d’éveil. L’université doit permettre à l’étudiant de devenir ce citoyen qui sera amené à préparer le terrain pour la génération de demain.”